94 : llobregat


Le Llobregat prend sa source dans les Pyrénées et descend verticalement à travers la Catalogne. Son embouchure en Méditerranée marque la limite sud de la ville de Barcelone.
Tout au long de son cours on trouve ce que les catalans appellent "colÓnias" : des colonies industrielles.


Ces colonies ont été édifiées tout au long du XIXème siècle et ont continué à fonctionner au XXème, s'éteignant progressivement au gré des évènements politiques et économiques, les toutes dernières usines ayant fermé dans les années 80.
Chaque colonie est construite selon les préceptes utopistes et paternalistes des industriels de l'époque : le patron, autant dire Dieu, installé dans une énorme bâtisse de style néo-gothique ou moderniste dominant la colonie,


les ouvriers dans des logements communautaires proches de l'usine,


cette dernière étant située au bord du fleuve pour pouvoir bénéficier de l'énergie hydrique apportée par des canaux de dérivation.


Il s'agit, pour la plupart d'entre elles, d'usines textiles. Quelques rares sont encore en fonctionnement mais généralement pour d'autres activités ou comme témoignage éducatif.


Dans ces colonies conçues comme un village, on trouve toujours une église et une école, quelques magasins, souvent une salle des fêtes ou un bistro, parfois même un théâtre.


Et les champs alentours sont couverts de potagers familiaux.


La plupart de ces colonies sont austères (selon nos critères) mais certaines se donnent des airs de village andalou.


Toutes ces colonies constituent un très vaste ensemble de constructions, et se pose pour les autorités catalanes la question du devenir de cet intéressant patrimoine industriel, vestige d'une époque révolue.

Certaines colonies, notamment les plus récentes, sont encore bien vivantes malgré la fermeture de l'usine, les logements ayant pu être rachetés par les ouvriers ou leurs descendants, ou encore vendus ou loués à des particuliers.
D'autres sont abandonnées, en voie de ruinification ou de démolition.
D'autres encore ont été rachetées par des investisseurs dans le but d'en faire des hôtels ou des centres de vacances et de loisirs.
Quelques unes ont été transformées en musée d'archéologie industrielle.
Beaucoup pourraient être réhabilitées et réhabitées mais elles sont bien éloignées des lieux où l'on peut de nos jours trouver du travail ...


6 commentaires:

Clo a dit…

Eh bah, c'est drôlement beau tout ça ! Encore une étape à ajouter à notre prochain voyage en Espagne :)

Anonyme a dit…

formidable illustration pour mon cours de 1ère: "l'âge industriel, 1850-1939". merci!
inès

ju a dit…

La photo PICT3147.JPG (dans le panorama) est tout simplement magnifique, on s'y croirait plus que pendant la visite guidée ;)

Il existe un GR qui parcourt les colonies, mais les distances sont un peu longues (25 km, parfois) pour tout faire en un jour. Mais on aimerait bien en faire un bout un jour, car le paysage alentour est magnifique aussi, comme on peut apprécier sur les photos.

En espérant que la réhabilitation se fera avec intelligence et sensibilité, et non en misant à 100% sur l'invasion de cars de touristes...

Inés, si tu as besoin d'un assistant pour ton cours sur l'âge industriel, j'en connais un qui se ferait un plaisir de participer :D

roch a dit…

je confirme : Leo est un passionnant guide pour qui s'intéresse à l'urbanisme et en plus, il est plein d'urbanité !

maman a dit…

très intéressant documentaire, mais ne faut-il pas dire "énergie hydraulique" au leu de hydrique? Hydrique me parait plutôt devoir qualifier une diète. Ce sont tes études qui ressortent. Merci pour les commentaires de Juliette.

jimba a dit…

Quelle belle cheminée !